5 Jul 2019

La politique doit-elle s’émanciper de l’économie ?

Session 7

Que ce soit par leurs votes ou par leurs manifestations, les populations manifestent leur insatisfaction un peu partout dans le monde. Malgré la diversité des cultures et des régimes, cette insatisfaction reflète partout la convergence de frustrations liées aux contraintes de la vie économique et aux défaillances de la vie politique. Face à cette double crise de confiance, certains accusent les « contraintes économiques » d’exercer une influence excessive sur les choix politiques. Ils en appellent à plus de volontarisme politique, mais l’exercice du pouvoir en revient inéluctablement aux dures réalités de l’économie.

Cette tension renvoie à la complexité des mécanismes au cœur des sociétés qui cherchent à conjuguer les disciplines de marché et les aspirations démocratiques. Chacun y est à la fois agent économique et sujet politique. Une société harmonieuse est donc fondée sur la complémentarité de ces deux sphères : la conduite de politiques publiques doit organiser l’économie pour répondre aux attentes, permettant ensuite de renouveler et légitimer le pacte politique.

La perte de confiance actuelle provient du conflit entre ces sphères : nous vivons le divorce de l’agent économique, frustré et inquiet, et du sujet politique, désenchanté et cynique. Les remèdes ne se résumeront donc pas à juxtaposer de « meilleurs choix économiques » et « une démocratie plus vivante », ils devront porter sur l’articulation entre les deux. Comment mieux intégrer l’argument économique dans les luttes politiques en amont ? Comment imposer les exigences de justice sociale dans le déroulé contraignant de la vie économique ?

Coordination


Jacques MISTRAL

Membre

Cercle des économistes

Biographie
Tous les intervenants