La déclaration finale du Cercle des économistes

Un appel à la lucidité et 12 propositions REaix2019

19e Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence

Le Cercle des économistes lance, au travers de cette déclaration, un appel à la raison, à la lucidité et à l’action pour faire face aux grands dangers liés à la conjonction de transitions multiples de notre monde, qu’elles soient démocratique, territoriale, commerciale, géopolitique, sociale ou écologique. De cet entrelacs de chocs est née une perte de confiance – en soi, envers les autres et en l’avenir – généralisée. Nous avons longuement réfléchi à ce sujet, et nous nous sommes accordés sur une définition qui prend en compte à la fois le cheminement théorique des économistes sur la confiance et la réalité de la période dans laquelle nous vivons :

La confiance, c’est le risque assumé de s’en remettre à l’autre ou aux autres en vue d’une coopération répétée dans le temps, quelle qu’elle soit, et fondée sur notre perception de l’intérêt commun. Elle ne se limite pas à la seule satisfaction des intérêts particuliers; elle suppose que des instances légitimes fournissent aux citoyens des informations non-biaisées, étayées par l’état actuel des connaissances. Ses fondements sont universels, mais elle présente au sein de chaque société une dimension sociale et culturelle. Elle concerne aussi bien les individus que les institutions, les nations, l’Europe et toute autre forme de collectivité.

Notre conviction est que la confiance ne se reconstruira pas uniquement par des mesures isolées, mais que le vrai sujet est de rétablir un socle de valeurs partagées. Nous en avons retenu huit qui nous paraissent les plus à mêmes de répondre à ce défi majeur : le primat de l’éducation et de la formation, l’adhésion à la science comme valeur de vérité et de progrès et moteur de l’amélioration de nos conditions de vie, le respect de la diversité des identités et des cultures, la solidarité, le bien-être au travail, la citoyenneté environnementale, un nouvel équilibre des libertés, et la renaissance d’une justice sociale. Ces valeurs doivent s’incarner aujourd’hui dans cinq chantiers prioritaires:

  • Renouer le lien social et réconcilier les territoires en luttant contre l’exclusion à tous les âges et les fractures territoriales;

  • Se réapproprier nos vies en luttant contre la déshumanisation technologique et politique et l’accélération du temps;

  • Créer une Europe des projets pour dépasser la simple logique institutionnelle de l’UE;

  • Relancer de nouvelles formes de coopération internationale impulsées par l’UE;

  • Sécuriser le monde de demain en se donnant les moyens de penser les solutions à long-terme aux problématiques d’environnement, d’immigration et de sécurité individuelle et collective.

Parmi toutes les propositions qui ont été faites par le Cercle des économistes dans sa déclaration finale, nous en retenons 12 dans cette version courte, qui, nous le pensons, sont les plus essentielles pour renouer avec la confiance.

1. Pour renouer le lien social et réconcilier les territoires

  • Nous pensons que la place des partenaires sociaux dans les réformes mises en oeuvre aujourd’hui est insuffisante, et nous souhaitons leur redonner toute leur place, notamment dans la réforme de l’assurance-chômage et retraite. Nous demandons aussi au gouvernement d’organiser avec les partenaires sociaux et les partis politiques une grande conférence sur les emplois de demain;

  • Encourager toutes les échelles de gouvernance à faire appel à des conventions citoyennes de manière régulière, en incluant le tirage au sort et avec présence obligatoire;

  • Pour la revitalisation des territoires, nous demandons à ce que les régions deviennent désormais les maîtres d’oeuvre d’un véritable plan d’éducation et de formation, en se finançant par le transfert des impôts de production;

2. Pour se réapproprier nos vies

  • Pour reconquérir notre souveraineté numérique à l’heure des fake news, établir, protéger et respecter les institutions indépendantes chargées d’une mission d’information du public (instituts statistiques, agences d’évaluation des risques, instances d’évaluation des politiques publiques) et créer une instance de fact checking; par ailleurs, demander à la BPI de créer un fonds dédié aux startups dans le domaine du fact checking;

  • Lancer le débat en Europe sur le refus absolu de toute forme de situation monopolistique dans le traitement, le stockage et la diffusion des données, conduisant à la possibilité, comme c’est le cas aux Etats-Unis, du démantèlement des grandes entreprises technologiques et soutenir massivement les entreprises européennes qui développent des technologies et des procédures permettant de préserver la vie privée des individus;

3. Pour créer une Europe des projets

  • Créer une agence de coopération franco-allemande pour les projets d’innovation de rupture, sur le modèle américain de la DARPA, financée par les départements d’énergie et de défense de chaque pays, à laquelle pourront s’associer les pays volontaires;

  • Moderniser la politique commerciale européenne en la recentrant sur les questions de concurrence et en travaillant dans la perspective d’un club climatique plus ambitieux que l’accord de Paris, qui pourrait créer des dispositifs de taxations incitatives à ses frontières. Parallèlement, demander que l’accord UE/MERCOSUR fasse l’objet d’une ratification par les Parlements des États membres, en plus du vote au Parlement européen;

4. Pour de nouvelles formes de coopération internationale

  • Suite à l’initiative lancée par Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas le 2 avril 2019 d’une “Alliance pour le Multilatéralisme”, nous demandons instamment aux deux ministres concernés de lancer le congrès de Genève, sur le sujet des nouvelles voies de coopération internationale, notamment dans le domaine des échanges commerciaux, des taux de change et des flux de capitaux;

5. Pour sécuriser le monde de demain

  • Lancer un financement massif pour la transition écologique, soit en faisant un grand emprunt financé et garanti par l’Union Européenne, soit en profitant de la faiblesse et de l’éventuelle baisse des taux d’intérêts pour consacrer les gains de moindre remboursement de dette à la transition;

  • Considérer le traitement des déchets dans les océans comme une priorité majeure à l’échelle du monde, en lançant un programme ambitieux “Save the Ocean” lors de la prochaine COP25 au travers duquel tous les pays s’engagent à mettre des systèmes de filtration et de récupération de plastique à toutes les embouchures de rivières qui mènent à une mer ou un océan et à investir dans des technologies novatrices de nettoyage des océans;

  • Dans l’intérêt commun d’une Europe vieillissante et d’une Afrique continent du XXIème siècle, nouer un partenariat d’une ampleur inégalée entre ces deux continents, en se fixant deux objectifs pour les 15 ans qui viennent, à savoir multiplier par trois l’accès à l’eau et à l’électricité en Afrique;

  • Etablir une convention internationale sur la cybersécurité, qui définit clairement ce qui peut être considéré comme une infrastructure digitale critique – telles que les plateformes de vote et de paiement par exemple -, qui interdit les attaques entre pays sur ces infrastructures, et qui encourage le partage entre pays de meilleures pratiques pour la sécurité digitale;

 

Pour plus d’informations et les vidéos des sessions: https://lesrencontreseconomiques.fr/