6 Jul 2018

L’Âge des métamorphoses: entre ruptures et permanences

Dans de nombreux domaines, il nous semble que le monde présente aujourd’hui des situations inédites, pour lesquelles nous n’avons pas d’expérience dans le passé, et qui génèrent donc une très forte incertitude. Cette incertitude rend difficile la conception de politiques de réaction à ces évolutions. Nous avons à l’esprit que :

– Les développements technologiques sont-ils destructeurs d’emplois ? Contribuent-ils plutôt à la modification de la structure des emplois, avec la disparition des emplois intermédiaires de la classe moyenne ? Vont-ils créer des emplois nouveaux, comme les révolutions industrielles du passé ? Vont-ils finalement conduire à un supplément de productivité ? Des réponses à ces questions dépendent tous les choix liés à la croissance de long terme des économies.

Lire la suite

– La croissance considérable de la taille de la finance, favorisée par les politiques monétaires expansionnistes, condamne-t-elle le monde à des cycles économiques dirigés par les crises financières ? Comment corriger aujourd’hui la taille excessive de la finance ?

– La Chine et les États-Unis semblent vouloir utiliser la taille très importante de leur marché intérieur pour ne pas avoir à se spécialiser ; pour produire sur leur territoire tous les biens et services ; pour maîtriser toutes les technologies. L’Europe a un autre modèle : ouverte, elle accepte de s’insérer dans la division internationale du travail ; de plus, elle n’a pas été capable de fabriquer un grand marché intérieur générant des entreprises mondiales dans les industries du futur. Enfin, elle semble aujourd’hui menacée d’éparpillement, avec la montée des régionalismes, des gouvernements eurosceptiques. L’Europe éclatée résistera-t-elle aux multinationales américaines ou chinoises de l’Internet, qui collectent les données personnelles, pratiquent l’optimisation fiscale, bénéficient de rendements d’échelle croissants ? Comment avancer enfin dans la constitution d’un grand marché ?

– Aujourd’hui, le monde ne se situe pas du tout sur la trajectoire d’émissions de Co2 qui permettrait de respecter les objectifs climatiques. Faut-il alors se résigner à ce que la température de la planète augmente beaucoup plus que ce qui était désiré, et à se protéger des désordres induits ? Faut-il continuer à essayer de mettre en place les mécanismes incitatifs nécessaires au respect de ces objectifs ?

– La question des migrations est de plus en plus importante. Au-delà des effets des conflits, un problème central est celui de l’avenir économique de l’Afrique. Grâce au dividende démographique, l’Afrique bénéficiera-t-elle d’une croissance forte qui permettra de donner un emploi aux jeunes Africains ? Au contraire, avec les problèmes de gouvernance et l’insuffisance des investissements publics, y aura-t-il chômage et émigration de masse ?

Coordination


Patrick ARTUS

Membre

Cercle des économistes

Biographie

Modérateur


Nicolas BEYTOUT

Journalist founder

L'Opinion

Biographie

Intervenants


Olivier BLANCHARD

Bergsten Senior Fellow

Peterson Institute for International Economics

Biographie

Oby EZEKWESILI

Senior Economic Advisor

The Africa Economic Development Policy Initiative (AEDPI)

Biographie

YU Hua

Writer

Biographie
Tous les intervenants

Contributions

LE MONDE DU FUTUR EST IMPREVISIBLE_ARTUS

coucou
https://www.youtube.com/watch?v=h3Jw-calT6Q